Skier sans danger. Les bonnes résolutions
Logo

Nº 2882 du vendredi 1er février 2013

Skier sans danger. Les bonnes résolutions

  • taille de la police diminution de la taille de police diminution de la taille de police augmentation de la taille de police increase font size
  • A
    De
    Message
    Skier sans danger. Les bonnes résolutions
    Pour skier sans risque et profiter pleinement de ce sport d’hiver, il est important de respecter certaines règles de prudence. Voici les principales recommandations pour éviter les accidents liés à...
  •  
Notez cet article
(1 Vote)
A- A+

Pour skier sans risque et profiter pleinement de ce sport d’hiver, il est important de respecter certaines règles de prudence. Voici les principales recommandations pour éviter les accidents liés à cette discipline sportive.

Se préparer physiquement
Une bonne préparation physique est indispensable avant le séjour. Il est recommandé de bien se préparer physiquement afin de maîtriser les risques. Il est essentiel de travailler votre équilibre, d’assouplir vos articulations et de muscler vos jambes. Faites des exercices de gymnastique un mois avant le départ. Et quelques mouvements d’échauffement musculaire avant de chausser les skis.

Gare aux entorses
Les entorses sont de loin les plus fréquentes et constituent 40% de l’ensemble des traumatismes. Les femmes sont particulièrement plus exposées que les hommes. L’entorse du genou est un accident très fréquent. Elle provient généralement d’une fixation mal réglée. Un réglage très faible peut provoquer un déchaussement et donc la chute du skieur. Les victimes d’une rupture de ligament croisé risquent une instabilité persistante du genou qui peut évoluer vers une arthrose de son articulation. L’entorse du genou peut toutefois être évitée par un simple contrôle du réglage des fixations et une bonne préparation physique et sportive avant le grand départ. Il faut donc régler soigneusement les fixations par un professionnel et les vérifier chaque jour.

Protégez vos yeux et votre peau
Le port de lunettes de soleil est impératif même en temps nuageux. La réverbération due à la neige augmente considérablement l’intensité des rayons du soleil. La neige réfléchit 85% des rayons ultraviolets. La quantité d’UV reçue augmente de 10% tous les 1000 mètres en altitude. Les lunettes de soleil permettront d’éviter l’ophtalmie des neiges. Par ailleurs, l’application de crème solaire est indispensable pour le visage et les lèvres pour éviter les coups de soleil. Il est important d’appliquer une crème protectrice d’indice très élevé contre les UVA et UVB. La crème solaire permet ainsi de protéger votre visage des effets nocifs du soleil sur la peau.

Portez un casque
Le port d’un casque adapté vous permet d’éviter les traumatismes crâniens lors d’éventuelles chutes. Les lésions de la face et du crâne sont très fréquentes et potentiellement graves. Elles surviennent surtout lors des collisions. Les traumatismes crâniens sont très dangereux et surviennent parfois lorsque les rochers sont découverts. Choisissez une pente sans danger. Il ne devrait pas y avoir de roches, d’arbres ou de clôtures sur la pente. Evitez de vous aventurer sur des pistes dangereuses et suivez les instructions d’un moniteur expérimenté. Le port du casque est également primordial pour les enfants sportifs et aventureux.

L’alimentation du skieur
Le ski est une discipline sportive qui occasionne une perte calorique importante. L’alimentation du skieur prend donc son importance. L’effort physique consomme surtout des glucides. Privilégiez les aliments qui en sont riches. Le petit-déjeuner doit être composé de pain, de laitages, de fromages, de céréales, voire d’un œuf et de jambon. Un grand verre de jus d’orange est très important pour la vitamine C qu’il apporte. Il est préférable cependant que le jus soit frais. Le déjeuner et le repas du soir devront comporter des glucides lents comme le pain, les pommes de terre, le riz et les pâtes. N’oubliez pas d’emporter avec vous du chocolat, des fruits secs ou des barres chocolatées qui doivent être pris en milieu de matinée ou d’après-midi.

Conseils sur pistes et hors-pistes
Avant de se lancer sur les pistes, il faut s’être échauffé suffisamment, avoir pris un bon petit-déjeuner, vérifier avant de s’élancer sur une piste si celle-ci correspond à ses capacités. Il faut surtout éviter de franchir les signalisations d’interdiction et demander l’avis d’un moniteur en cas de doute. Il est préférable en tout cas de ne pas s’engager sur un itinéraire inconnu, risquant d’être au-dessus de vos moyens techniques et physiques. Informez-vous par ailleurs sur les risques d’avalanches.

NADA JUREIDINI

.




 

Ecrivez un commentaire

Assurez-vous d’avoir inscrit les informations requises, là où c’est indiqué.

Éditorial
L’imprévision érigée en système

Le Liban est le pays des occasions manquées. On le dit et le redit. Mais chaque décennie apporte son lot de preuves de la véracité de ce constat que, depuis les années soixante, des penseurs, des diplomates et de simples citoyens font. Mais les dirigeants continuent à faire la sourde oreille et rien n’a jamais été programmé en profondeur pour remédier à cet état de choses. Malgré les tristes épreuves que nous avons traversées, malgré les querelles meurtrières de 1958 et les quinze années de guerre que nous avons traversées, nous n’avons réussi à tirer aucune leçon des conséquences de l’imprévision et de l’improvisation dans la gestion des affaires publiques. Les catastrophes provoquées par Olga de triste mémoire et qui, nous dit la météo, n’est pas près de renoncer, en sont un exemple parmi tant d’autres. La restauration des maisons de la rue Ibrahim Mounzer n’aurait pas pu être réalisée sans l’apport de la société civile et, en particulier, d’OffreJoie. Si les gestionnaires des affaires publiques ne sont pas toujours les mêmes, ils n’en ont pas moins instauré une mentalité dont ont hérité leurs successeurs, à quelques exceptions près. Par la force des choses, nous sommes amenés à nous répéter. Peut-être le faisons-nous dans l’ultime espoir de nous faire entendre et, qui sait, de réussir à obtenir ce changement à ce jour inespéré. Un proverbe arabe dit: «Les parents mangent le raisin vert et les enfants grincent des dents». C’est ce que vit la jeune génération qui subit les erreurs des anciens hélas sans réussir à les corriger. Il fut un temps, pas très éloigné, où la classique plaisanterie des responsables, dans les coulisses de la politique, consistait à jeter la faute sur les «Italiens». Ces derniers n’étant jamais intervenus dans la vie politique du pays, l’ironie était évidente. Aujourd’hui, l’opprobre est jeté sur les médias, toutes tendances confondues. Les actes meurtriers, les attentats quotidiens, l’insécurité généralisée, les promesses non tenues, les engagements restés lettre morte et la difficulté de présenter un budget seraient le résultat des informations qui remplissent tous les jours nos journaux, occupent nos ondes et envahissent nos antennes. C’est ainsi que se justifient certains dirigeants et, à leur tête, le ministre de l’Intérieur. «Allez-vous asséner la nouvelle du décès d’un proche à ses parents ou les préparer en passant par un transfert à l’hôpital?», demande-t-il, à titre d’exemple, aux journalistes qui diffusent, à leur corps défendant, les mauvaises nouvelles sans y mettre, selon lui, la forme. La presse et les médias sont sans cesse mis au banc des accusés, bafoués et même dénoncés par des dirigeants qui ne cessent d’en faire des boucs émissaires, oubliant qu’ils ont le simple tort de transmettre leurs propres propos souvent inconsidérés. Au cœur de tout ce micmac sévit un gouvernement, dit monochrome, dans l’incapacité de prendre les décisions vitales, victime des zizanies à l’intérieur d’un même camp, qui néglige le minimum vital et la sécurité d’un peuple qui ne vit plus que dans la hantise des explosions, dans la peur des lendemains et des horizons bouchés. Même les prisons ne sont pas sécurisées. Des évasions et des meurtres apparaissent timidement dans la rubrique des «faits divers».  Entre-temps, nous ne cesserons de perdre, ou de gagner du temps, selon les uns ou les autres, dans des discussions byzantines autour d’une loi électorale qui peine à voir le jour et attend peut-être la solution problématique soufflée par des vents étrangers. Ainsi, le régime politique, dont se vantait le Liban, jadis fondé sur la démocratie qu’une hérésie constitutionnelle qualifie de consensuelle n’a plus apparemment sa raison d’être. Il est même remis en question et les principales têtes «pensantes» du pays y cherchent une réponse dans la lecture des astres syriens ou ceux d’ailleurs. Favorables à certains contrariés par les autres. Ainsi les semaines passent et les échéances constitutionnelles arrivent à toute vitesse et, une fois de plus, le Liban pourrait manquer l’occasion de se remettre sur les rails d’une véritable démocratie. Les regards se tournent en dernier recours vers le chef de l’Etat, serait-il seul en mesure de redresser la barre et de rendre aux Libanais leur confiance dans leur pays?


 Mouna Béchara
   

Santé

Arrêter le tabac. Un bon antistress
La cigarette n’aide pas à déstresser contrairement aux idées reçues. Au contraire, les fumeurs deviennent plus sereins après l’arrêt du…

Bannière
Designed and Developed by:   iBaroody
© Magazine.com.lb 2016 All Rights Reserved