Liban-Sud. Israël viole la souveraineté libanaise
Logo

Nº 2910 du vendredi 16 août 2013

Liban-Sud. Israël viole la souveraineté libanaise

  • taille de la police diminution de la taille de police diminution de la taille de police augmentation de la taille de police increase font size
  • A
    De
    Message
    Liban-Sud. Israël viole la souveraineté libanaise
    Une incursion israélienne à l’intérieur du territoire libanais ne s’est pas déroulée comme le souhaitait l’armée israélienne. Alors qu’une patrouille d’infanterie israélienne de dix éléments pénétrait à 400 mètres sur...
  •  
Notez cet article
(0 votes)
A- A+

Une incursion israélienne à l’intérieur du territoire libanais ne s’est pas déroulée comme le souhaitait l’armée israélienne. Alors qu’une patrouille d’infanterie israélienne de dix éléments pénétrait à 400 mètres sur le territoire libanais dans la région de Labbouné, deux engins ont explosé et quatre soldats israéliens ont été blessés.
Selon les témoins, les fils barbelés marquant la Ligne bleue tracée en 2000 par l’Onu ont été sectionnés et l’explosion s’est produite dans un champ de pins à l’intérieur du territoire libanais.
Une enquête a été ouverte par une commission militaire libanaise en coordination avec la Finul. Des enquêteurs relevant de la force onusienne ont inspecté le lieu de l’explosion et la Finul a signalé l’incident dans un communiqué, faisant état d’une «violation de la résolution 1701». Elle  a adressé, en outre, à l’armée israélienne une vive protestation et une demande de coopérer totalement avec les enquêteurs.
Le Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahu, a évoqué les activités des soldats qui «nous défendent et défendent nos frontières, c’est ce qui s’est passé cette nuit et nous continuerons à agir en toute responsabilité pour défendre les frontières d’Israël», a-t-il indiqué. Il a accusé l’Iran d’être «l’instigateur de ce qui se passe à la frontière nord (avec le Liban), à Gaza et au Sinaï». Et le porte-parole de l’armée israélienne a affirmé que les quatre soldats étaient engagés dans des «activités nocturnes dans le secteur de la frontière libanaise lorsqu’une explosion s’est produite». Cependant, l’enquête n’a pas encore révélé les objectifs de la patrouille israélienne. Le commandement de l’armée et celui de la Finul devront élargir leurs investigations pour élucider tous les détails.

Arlette Kassas

Ecrivez un commentaire

Assurez-vous d’avoir inscrit les informations requises, là où c’est indiqué.

Éditorial
Un Etat exsangue

C’est un thriller de très mauvaise facture que vivent les Libanais au quotidien. Depuis l’Indépendance en 1943 à ce jour, la situation se dégrade au Pays du Cèdre tant sur le plan de la sécurité que sur celui de l’économie. Géré, à quelques exceptions près, par des castes politiques incapables, quand elles ne sont pas corrompues, le Liban va à la dérive. Le sort des citoyens est entre les mains des émirs des communautés qui n’ont d’autre souci que d’arriver, avec le plus grand nombre de leurs partisans, Place de l’Etoile. Ceux qui, pour une et mille raisons, se laissent prendre à leurs vaines promesses, savent-ils qu’ils participent au délabrement des institutions étatiques vidées de leur sens? Jadis envié de ses voisins, destination de leurs vacances et même de leurs investissements, le Liban est aujourd’hui isolé, mis au banc des pays à risques, et abandonné de ses propres fils. Ses seules richesses reconnues ont été, de très longue date, les cellules grises, l’accueil des visiteurs et les sites touristiques. Qu’en reste-t-il? Les cerveaux quittent la patrie pour enrichir, de leurs compétences et de leur intelligence, des pays qui leur réservent un accueil mérité. De plus en plus isolé, le Liban est appauvri et sert de déversoir à tous les conflits régionaux qui y trouvent un champ libre et facile où vider leurs querelles, parfois hélas, par Libanais interposés. L’enlèvement des pilotes turcs, à proximité d’un poste de contrôle de l’armée, renvoie pour le moment, malgré leur importance, les multiples autres drames et prises d’otages que connaît et a connus le Liban, au second rang des priorités des services de sécurité. Il remet sur le tapis le projet de réhabilitation d’un aéroport, de sécurité et d’appui, à Kleyate. Un projet qui date des années soixante-dix, constamment remis au placard pour des motifs politiques et même communautaires. Sera-t-il réalisé au vu des dangers qui menacent les voyageurs sur une artère vitale à risque? Ce sombre tableau n’explique-t-il pas la peur des étrangers ou des Libanais vivant à l’étranger et leur hésitation à venir au Liban? Les chiffres du tourisme, principale ressource du pays, parlent d’eux-mêmes. Le chef de l’Etat durcit, de jour en jour, son discours. Depuis son allocution à l’occasion de la fête de l’armée, il continue à dénoncer tout ce qui entrave l’action de l’Etat et met en péril son existence même. Il rappelle son propre rôle de défenseur de la République et de rassembleur. A-t-il encore le temps de redresser la barre et de changer la donne au milieu du micmac politico-sécuritaire qui règne sur la scène nationale? Pourra-t-il lutter, malgré certains appuis dont il bénéficie, contre les démons communautaires et politiques qui le contrent? Pourra-t-il tenir tête à tous ceux qui n’ont qu’un objectif: vider l’Etat de son sens? Nous sommes à quelques mois d’une fin de mandat présidentiel, pourra-t-on élire un successeur au général Michel Sleiman? Un chef d’Etat dans le vrai sens de la fonction et qui saura maintenir le gouvernail dans la direction dessinée par son prédécesseur? Que nous réserve mai 2014? Peut-on croire encore au miracle libanais? Avons-nous un autre choix, sinon un sursaut populaire bénéfique et un réveil de conscience chez ceux, parmi les dirigeants, qui en ont encore une?


 Mouna Béchara
   

Santé

Les aliments antistress. Pour être plus zen
Certains aliments que nous consommons nous aident à mieux gérer notre stress au quotidien. Il est possible de se calmer…

Bannière
Designed and Developed by:   iBaroody
© Magazine.com.lb 2016 All Rights Reserved